ac's_poirot.gif (17749 octets)

[Introduction]   [Hercule Poirot, héros de chair]    [Hercule Poirot, héros de papier]   [Autres oeuvres d'Agatha Christie]   [Autres séries]   [Informations]

Index saisons 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 - DVD - Production - Poirot & ses collègues - Décors - Styles - Suchet - Jeux - Autres adaptations
 


Les décors


   Whitehaven Mansions

Florin Court à Charterhouse Square. Chaterhouse Square se trouve isolé à l'ombre de l'ancienne faculté de médecine de St Bartholomew à un jet de pierre des vieux bâtiments du marché de Smithfield. C'est un des derniers jardins privés de Londres, avec une grille d'entrée dont seuls les résidants ont la clef. Il est entouré sur tous les côtés par des constructions qui sont le témoin silencieux de sa longue histoire. Y accéder après avoir marché dans la circulation permanente de Clerkenwell Road ou dans les rues commerciales très fréquentés d'Holborn c'est entrer dans un petit refuge oublié par le temps qui passe. La tranquillité du lieu avec sa chaussée pavée, son mélange de styles architecturaux entourés de pelouses bordées d'arbres fait qu'il semble se trouver n'importe où sauf dans le cœur d'une grande ville. Guère étonnant que le romancier William Makepeace Thackeray qui a étudié ici en 1822 à la célèbre Charterhouse School, ait écrit avec mélancolie quelques années plus tard : "its blackened trees and garden, surrounded by ancient houses now slumbering like pensioners in the sunshine." Peu de changements ont été opérés en 170 ans. C'est dans ce square que les créateurs de la série ont travaillé pour créer une remarquable illusion. L'appartement dans lequel le petit détective possède son bureau ne se trouve pas à Mayfair - comme décrit dans les livres originaux - mais dans la partie nord de Charterhouse Square ; ou pour être plus précis, l'extérieur de l'hôtel particulier où il vit, se trouve ici et l'hôtel s'appelle Florin Court.
    Les familiers des livres d'Agatha se rappelleront que Poirot s'est d'abord installé comme détective privé au 14 de Farraway Street à Londres, où il a partagé un logement avec le Capitaine Hastings. Après le mariage d'Hastings et son départ pour l'Argentine, il a trouvé un nouvel appartement. Hastings en parle brièvement à son retour en Angleterre dans ABC contre Poirot (1936) :
    "— Il avait installé ses pénates dans l'un des immeubles les plus modernes de Londres. Je le soupçonnais de l'avoir choisi uniquement pour ses lignes géométriques, et il en convint bien volontiers.
    — Mais oui, mon bon ami ! me dit-il avec cet effroyable accent belge sur lequel les ans n'avaient pas de prise. Cette symétrie est un véritable plaisir pour l'œil, vous ne trouvez pas ?"
    Poirot semble avoir cherché sa nouvelle adresse avec tout le soin méticuleux qui l'a rendu célèbre et la recherche de l'appartement de Poirot pour la série a été également effectué minutieusement par Brian Eastman et son équipe. Un fait intéressante, le nom de l'immeuble de Poirot – que l'historien du crime H.R.F. Keating a décrit comme 'un parangon de parallélismes' - est alternativement décrit par Agatha dans les affaires de Poirot postérieures comme Whitehaven Mansions, Whitehouse Mansions et même Whitefriar Mansions. Pour la série TV, cependant, Whitehaven Mansions a reçu l'approbation générale.
    Brian explique que ce bâtiment aurait très certainement satisfait la passion du détective belge pour l'ordre et la méthode : "En réalité beaucoup de bâtiments des Années trente sont dans un excellent état à Londres. Et une fois que nous avons décidé de faire de l'architecture moderne des années trente une particularité des histoires, nous avons dressé la liste de toutes les bâtiments disponibles de cette région centrale de Londres. Depuis nous en avons beaucoup utilisés dans les films. Deux ou trois bâtiments pouvaient être choisis pour l'appartement de Poirot - mais plusieurs raisons nous ont finalement fait opter pour Florin Court. Dans les livres, Poirot vit du côté de Mayfair. Mais Charterhouse comme personne ne l'imagine est situé à Londres - bien que vous puissiez croire qu'il ressemble à Mayfair – ce qui le rend peu commun. Nous étions aussi très chanceux que les promoteurs qui avaient récemment acheté Florin Court l'aient récemment complètement remis à neuf, redonnant à l'extérieur son aspect primitif. Ainsi du point de vue photographique, nous avions un beau bâtiment neuf entre deux propriétés du dix-neuvième siècle. Ainsi dès les premières bobines nous fixions le point central de la série."

Les differentes prises de vue de Florin Court. Les rénovations de Florin Court avaient été achevées pour un coût de 2 millions de livres et les quatre-vingt-quatre appartements étaient prêts à l'occupation en été 1988 lorsque l'équipe de Poirot l'a découvert par hasard pendant leur recherche de l'appartement de Poirot.
    "Il répondait exactement à nos attentes," se rappelle Brian Eastman. "Et les promoteurs ont consenti à nous laisser filmer le bâtiment avant que les locations ne commencent. Donc nous avons obtenu la permission de fermer au public le secteur entier pendant un week-end et de poser nos caméras. Nous avons filmé continuellement pendant les soixante-douze heures – aussi bien le jour que la nuit. Nous savions qu'il était important de le faire parce que nous ne pourrions jamais revenir à cet endroit et le trouver exactement inchangé. Une fois les appartements loués, les rideaux aux fenêtres auraient été différents. Ce genre de détails changeraient tout le temps et ce serait impossible pour nous d'harmoniser le tout. Donc nous avons filmé Florin Court sous tous les angles et sous toutes les lumières y compris la nuit dans l'obscurité. Nous ne filmions pas simplement pour les besoins de la première série. Le stock de prises de vue pouvait être utilisé dans le futur à chaque fois que nous en avions besoin. En fait, ces prises de vue ont jusque là servi jusqu'en 1995. Et nous continuerons probablement à les employer dans l'avenir. "
    Brian avoue que l'équipe a cependant rendu quelques brèves visites à Charterhouse Square afin de filmer 'Whitehaven Mansions' - mais seulement pendant la journée. Comme il l'avait correctement deviné, aux fenêtres sont maintenant accrochés une variété de rideaux de chintz, et des plantes vertes et des fleurs exotiques sont bien mises en évidence. ces occasions, c'est l'équipe de tournage qui s'est faite examinée non pas par les occupants, mais plutôt par les caméras de surveillance qui contrôle l'entrée et le départ de chaque personne de Florin Court. Un système de sécurité que Poirot approuverait sans aucun doute.
    "Dans certaines occasions, nous avons eu besoin de quelques prises supplémentaires," dit Brian," comme pour une scène devant l'entrée ou peut-être dans une des rues toutes proches. Fort heureusement la place est toujours aussi calme et son style inchangés. Mais surtout nous comptons sur les prises de vue effectuées il y a des années pour les mêler aux nouvelles."

Grâce à la magie de la télévision, nous pouvons voir Poirot et Hastings au pied de Whitehaven Mansions puis l'instant d'après réapparaître à l'intérieur de l'appartement du détective. Mais celui-ci est en réalité à plus de dix milles de distance : à Twickenham, ou peut-être même à Pinewood ou Elstree. C'est la deuxième surprise que nous révèle l'histoire des décors de la série.

Un plateau pour l'intérieur de l'appartement. On a la sensation de changer d'époque lorsque l'on visite le plateau de l'appartement de Poirot quand celui-ci est monté aux Studios de Twickenham. L'appartement a été conçu avec beaucoup de minutie. Il colle à l'image de Florin Court, est conforme aux descriptions de la pièce réelle dans les histoires d'Agatha et l'obsession de l'ordre du personnage transparaît dans son organisation et sa décoration. Bien que Brian et son équipe aient passé au peigne fin Londres pour trouver beaucoup des bâtiments qui apparaissent dans la série, ils n'ont jamais pour autant imaginé que l'appartement du petit détective puisse être ailleurs que sur un plateau de tournage - qui perdure si, comme ils l'espéraient, la série durait longtemps.
    "Nous avons construit un plateau pour l'appartement de Poirot, un seul et nous l'avons utilisé depuis," explique Brian. '"On lui a apporté des modifications occasionnelle, rien d'important, afin de garder une continuité à la série. Le plateau est démonté après chaque saison et réinstallé ensuite pour la suivante. Pendant les cinq premières années, il a été entièrement filmé aux Studios Twickenham, mais nous avons aussi utilisé ceux de Pinewood. Désormais, la décision de l'endroit où ériger le plateau dépend plutôt des principaux emplacements où la série va être filmée. S'ils sont au sud de Londres, nous emploierons Twickenham. Mais s'ils sont à l'ouest alors peut-être irons nous à Pinewood, tandis que si nous devons aller le nord alors Elstree pourrait bien choisi. Le tournage prend énormément de temps et coûte cher, aussi nous arrangeons nous pour diminuer au minimum le temps de trajet de chacun."
    Twickenham, cependant, reste le studio le plus utilisé de la série et quelques bâtiments Années trente non détériorés du voisinage ont aussi été utilisés comme emplacement pour le tournage.

0-19p.jpg (12122 octets)

Décoration Art-Déco. "La décoration était austère : plutôt morne et Germanique," se rappelle Mike qui a appris son métier de designer à la télévision en travaillant sur Upstairs, Downstairs, la série de la LWT des années soixante-dix sur la vie dans une maison de Londres entre 1910 et 1930. "Ce n'était pas que de l'Art déco, comme ce que la plupart des gens s'imagine surtout pour les Années trente. En situant la série autour de l'année 1936, je crois que nous lui avons donné une forte identité visuelle. l'époque ce nouveau style a été appelé le Mouvement Moderne – il n'a jamais vraiment eu de succès en Grande-Bretagne. Poirot était à la pointe de la technologie et dès la première saison, nous avons essayé de montrer la modernité des Années trente. Bien que la guerre ne soit pas loin, c'était toujours une ère où les paquebots de croisière et les cocktails proliféraient et si vous aviez de l'argent la vie était vraiment plutôt plaisante."
    La découverte des accessoires qui ont rendu ce plateau si authentique était la tâche de la directrice artistique Caroline Smith, qui a pour commencer dirigé son attention vers les sources littéraires et illustrées. "J'ai commencé en parcourant de vieux magazines et des livres," se rappelle-t-elle. "C'était très amusant d'étudier toutes les vieilles photographies des Années trente ainsi que les illustrations car c'était une période pleine d'élégance. J'aime en particulier ces meubles d'Art déco." Pratiquement tout sur le plateau, des fauteuils et tables étroites aux appareils d'éclairage et décorations, a été loué à une société d'accessoires. "Parfois j'aime acheter des accessoires," dit Caroline, " mais malheureusement les prix montent en flèche depuis ces dernières années. Cependant, nous avons réussi à obtenir une lampe "fontaine" pour la table de la salle à manger de Poirot pour 150 à une vente aux enchères et une lampe de bureau d'Art déco pour 70 . La plupart des choses cependant nous devons les louer." Un sourire illumine son visage. "J'espère que quelques téléspectateurs aux yeux perçants se diront qu'ils ont vu quelque chose dans Poirot qui leur semble plutôt familier. Je dois bien admettre que vous voyez parfois des objets qui ont déjà servi dans d'autres séries !"

Costumes. Les costumes que les acteurs et actrices portent sont aussi des reproductions fidèles ou bien des originaux. Un des exemples les plus saisissants est le costume rayé bleu régulièrement porté par Hugh Fraser, dont il dit en blaguant qu'il est "plus vieux que moi et certainement beaucoup mieux entretenu !"

Maquillage. Une grande attention également pour le maquillage dont la chef-maquilleuse, Hilary Martin, a créé les standards pour la série : "Retrouver l'apparence correcte pour cette période était essentiel car sinon tout le reste du travail aurait pu être détruit. J'ai fait beaucoup de recherches, examinant particulièrement les vieux journaux de Vogue afin de la retrouver exactement . Les femmes commençaient alors à se faire de nouveau pousser les cheveux après que la coupe au carré des Années vingt et leur maquillage était très mat, avec beaucoup de poudre. Elles utilisaient une gamme étroite de couleur et aimaient paraître très pâles avec des lèvres et des sourcils très accentués."

Le travail en coulisse de ce quartet, Mike, Rob, Caroline et Hilary a sans aucun doute beaucoup joué à rendre plausible l'appartement de Poirot des Années trente aussi bien que l'apparence de David Suchet et de ses partenaires. En effet, le succès de la série a conduit la LWT à recevoir un nombre considérable de lettres de téléspectateurs cherchant à savoir comment copier ce qu'ils ont vu à l'écran.
    "Il ne serait pas difficile de recréer le style de Poirot dans votre propre maison," croit Mike Oxley. "Il y a de nombreuses bonnes reproductions des meubles et l'idée de base est l'espace et la symétrie. Dans les années trente, les gens couraient des risques avec la conception et ce qui les rend intéressants, même aujourd'hui."


   ... et les autres lieux de tournages

    Bien que l'intérieur et la façade de l'appartement du petit détective soient les deux images récurrentes de la série, l'équipe de production a employé de nombreux emplacements existants et a construit de nombreux décors tout au long des différentes saisons. Brian Eastman explique :
    "Tous les films sont un mélange de bâtiments authentiques et de décors artificiels. Pour les extérieurs, nous avons surtout besoin d'un emplacement. Mais pour les intérieurs, bien que nous les filmons de temps en temps dans des constructions des Années trente, le plus souvent nous faisons des pièces ou des bureaux selon nos propres besoin. En fait, construire son propre décor s’avère souvent préférable à rechercher un lieu déjà existant. Principalement à cause du fait que bien que l'extérieur de quelques bâtiments de la période aient survécu, les intérieurs eux, ont le plus souvent été bouleversés. Ainsi en le faisant nous-mêmes nous pouvons créer un milieu plus intéressant. Nous constatons que le léger artifice qui consiste à travailler en studios permet à la série de garder un ton constant. Je pense que nous faisons probablement plus de travail de studio que la plupart des autres séries."

Le bureau de Japp. Avec l'appartement de Poirot, il n’y a en fait qu’un seul autre emplacement qui revient fréquemment - le bureau de l'Inspecteur chef Japp. Il a cependant été réduit à son élément de base, comme Brian l’explique avec un sourire désabusé.
    "Autant que nous sommes concernés," dit-il, "la seule chose que nous estimons constituer le bureau de Japp est son ventilateur. Nous avons déjà filmé son bureau dans des douzaines d'emplacements différents. Nous mettons juste un ventilateur sur son bureau et nous filmons - et là vous avez le bureau de Japp ! Je soupçonne, cependant que si un téléspectateur aux yeux de lynx devait réunir toutes les scènes du bureau de Japp il penserait probablement , 'Mon Dieu, cet homme déplace son bureau plus que tout autre au monde !' Mais le fait est que nous pouvons rendre l'atmosphère avec seulement ce merveilleux ventilateur !"

japp1p.jpg (10870 octets)

    C'est évidemment impossible de cataloguer ici tous les lieux que la série a utilisés comme emplacements de tournage et quelques exemples typiques doivent donc suffire. Tous, cependant ont contribué à leur façon à rendre vivante à l'écran cette période des Années trente et à créer le style visuel unique de Poirot.

Dagenham dans l'Essex. Londres et ses districts environnant ont, naturellement, fourni le plus grand nombre d'emplacements. La mine perdue est l’une des premières histoires où l’équipe a utilisé des bâtiments en détournant leur localisation. Ce drame se concentre sur le meurtre d'un vieux Chinois venu à Londres pour négocier la vente de quelques documents indiquant l'emplacement d'une mine abandonnée en Birmanie supposée toujours être riche en minerais. Plusieurs scènes cruciales concernant cette transaction ont lieu dans un Londres fictif et à la Banque de Shanghai. Pour représenter ces lieux, l'équipe de production est allé en banlieue pour utiliser le Centre administratif de Dagenham dans l'Essex. Construit en 1932, le Centre est considéré comme un très bon exemple de l'architecture de la période et la façade est restée en grande partie inchangée depuis tout ce temps. Edouard Bennet, qui a dirigé les scènes à la banque avec David Suchet et l’acteur Anthony Bate, commente après le long week-end de tournage : "Nous avons souhaité un lieu authentique et le Centre administratif par son très bon état de conservation correspondait. Les intérieurs que nous avons employés répondaient à nos besoins et faisaient illusions. Les bureaux de conseil transformés en luxueux appartements de banquiers ainsi que tout le reste faisaient Années trente."

0-17p.jpg (9514 octets)

Bethnal Green à Londres. Pour la même histoire, l'équipe de production est aussi allée à Bethnal Green, transformant deux rues, Colombia Road et Ezra Road, pour en faire une réplique saisissante du quartier chinois du Londres de 1936. Le quartier chinois original de Limehouse a depuis longtemps disparu, aussi les rues pavées et les maisons d'époque en terrasses de cette partie de l'est londoniens se sont révélées idéales pour ces séquences. Vincent Wong et Hugh Fraser étaient les acteurs principaux dans les scènes et Hugh en garde un souvenir très vif. "Nous avons tourné la nuit et les lumières artificiels ont donné au secteur entier une apparence vraiment sinistre," se rappelle-t-il. "Mais ce que je n'ai su que plus tard c'est que l'emplacement avait été employé auparavant. C'est dans la même rue que Mick Jagger et David Bowie ont filmé la vidéo spectaculaire, 'Dancing in the Street'. Quel contraste avec notre représentation du quartier chinois !"

13-1p.jpg (13043 octets)

Douvres dans le Kent. Un changement également surprenant a dû être effectué dans le Kent. L'équipe a changé l'aspect des bureaux de conseil du port de Douvres sur le bord de mer, pour les faire ressembler à un hôtel dans l'épisode L'enlèvement du Premier Ministre. L'histoire traite de la disparition spectaculaire du Premier Ministre en route vers Paris à la veille d'une conférence cruciale et pour ce faire les bureaux marchands sont devenus l'Hôtel avec vue sur la mer. Deux autres scènes ont été aussi filmées à Douvres au Western Park et à St Margaret.

Salcombe dans le Devon. Un autre emplacement au bord de la mer, Salcombe dans le Devon, a été transformé en lieu de villégiature dans la première partie de l'épisode double, La maison du péril. L'histoire est basée sur le roman d'Agatha de 1932 qui avait été adapté en pièce de théâtre en 1940 par Arthur Ridley avec Francis L.Sullivan. A leur arrivée à l'Hôtel Majestic de St Loo, 'la Reine des stations balnéaires', Poirot et Hastings sont confrontés à une tentative de meurtre à l'encontre de la jolie Nick Buckley (jouée par Polly Walker), sans descendance, et qui vit dans la maison isolée d'End House, de l'autre côté de la baie. Au lieu d'utiliser la Riviera anglaise où les événements se déroulent, l'équipe de production forte de quatre-vingts personnes (équipes et comédiens) s'est rendue dans la ville surannée de Salcombe - depuis longtemps établie comme un des refuges favoris des plaisanciers, avec un des ports naturels les plus beaux de l'ouest du pays - pour une semaine de tournage intensif. Comme l'explique le réalisateur, Renny Rye : "Salcombe possède plus de lieux faisant Années trente que nous pourrions en trouver sur la Riviera anglaise – ce qui était notre principal critère. Une petite tromperie est une chose essentielle à la télévision, je crois et comme Agatha Christie n'a pas situé son histoire dans une ville spécifique de la Riviera j'espère que nous n'avons vexé personne".

0-18p.jpg (9179 octets)

Dunster dans le Somerset. Une petite ville du Somerset, Dunster, a été aussi employée pour représenter le village de Polgar sur la Riviera toujours dans La maison du péril. De nouveau l'équipe de production a dû opérer une transformation sur la petite ville pittoresque, avec son célèbre château et son vieux marché. La grand-rue a été fermée au public pendant un week-end, les nombreux magasins de cadeaux camouflés et tous les signes modernes enlevés. Les rideaux de dentelle ont même été accrochés aux fenêtres de plusieurs magasins pour créer l'illusion de maisons privées. On est remonté de soixante ans en arrière en retirant les antennes de TV, en enlevant les lignes jaunes sur la chaussée, en dissimulant les réverbères avec du papier adhésif et en les peignant de sorte qu'ils s'harmonisent avec chaque maison. Des policiers de réserve ont été embauchés pour diriger le trafic dans le domaine du château ou autour de Dunster, tandis que les commerçants dans la grand-rue ont été indemnisés pour la perte d'un jour de recette. De plus, quarante habitants du lieu ont été embauchés comme figurants pour les scènes de foule. Le tournage restera dans les mémoires des habitants de Dunster ainsi que dans celle de David Suchet qui se rappelle : "C'était un lieu si amical et si peu défiguré. Mais il est devenu encore plus merveilleux sans les inscriptions sur les routes et tous ces autres attributs de la vie moderne. Hélàs ! des endroits comme celui-ci ne peuvent pas être conservés ainsi tout le temps. Cela donne une bonne idée de ce à quoi ce pays ressemblait dans les Années trente."

11-1p.jpg (13281 octets)    11-3p.jpg (11323 octets)   11-2p.jpg (12099 octets)

Chilham dans le Kent. Peut-être cependant que l'illusion la plus ingénieuse de toute a été créé pour un des épisodes les plus récents, Le Nol d'Hercule Poirot. Cette histoire, dans laquelle le petit détective quitte son nid douillet pour rejoindre le vieux misanthrope Simeon Lee (Vernon Dobtcheff) à son hôtel particulier bloqué par la neige, Gorston Hall, et se trouve alors au centre d'un mystère de meurtre doublé d'un vol de quelques diamants de valeur, a été en réalité filmé pendant le mois d'avril précédent ! Transformer le printemps en hiver a été la tâche de Rob Harris qui, avec une légère touche d'humour, a choisi le petit village de Chilham (en anglais, chill signifie ''froid glacial'') à six miles de Canterbury dans le Kent comme emplacement de tournage. Le charmant village est traversé par la route qui mène les pèlerins au tombeau de Thomas Becket - un fait reflété dans les constructions faites d'un mélange de bois, de brique et de tuile, les magasins et les auberges qui se succèdent dans la rue principale. Sur une place, des maisons à colombage se trouvent entre le cimetière et les portes du Norman Castle, ainsi qu'un hôtel particulier jacobin en briques rouges, construit en 1616 pour Sir Dudley Digges, un haut fonctionnaire à la cour de James 1er .
    C'est ici que Rob a concentré son attention pour le tournage : "En plus d'avoir fait faire au village un retour en arrière en 1936, nous avons aussi dû changer le temps et créer celui du milieu de l'hiver. Ainsi une fois que nous avions enlevé toute marque de l'Angleterre des années quatre-vingt-dix - comme les lignes jaunes des routes, les antennes de TV et les panneaux de signalisation – sans parler de l'ornement des vitrines des magasins et l'habillage d'un groupe de gens du pays en chanteurs de nol de l'époque, nous avons alors dû apporter la neige." La météo du moment ne donnant aucun signe d'une éventuelle aide, Rob a résolu le problème avec du papier déchiré - et la place de village menant au fictif Gorston Hall est devenue la scène d'une tempête de neige hors saison. "Nous avons fait 'la neige' avec du papier et l'avons pulvérisée sur les maisons, les gens et les voitures avec un grand tuyau," se rappelle Rob. "Lors des séquences de tournage nous avions même un gars sur une échelle dont le travail peu enviable était de produire l'effet de neige tombante !" Mais même les meilleurs plans peuvent parfois s'en aller à vau-l'eau, comme le décorateur se souvient avec un triste sourire : "Malheureusement le mois d'avril a tenu sa réputation. Et tandis que nous filmions, la pluie a commencé à tomber. Il n'y avait aucune alternative, que de continuer - et graduellement 'la neige' s'est métamorphosée en masse détrempée. Ce n'était pas très amusant pour les acteurs et l'équipe de tournage, mais heureusement nous avons réussi à faire toutes les prises nécessaires avant que nous n'ayons été écrasés par la marée de papier !"

42-2p.jpg (13523 octets)

Le coût des illusions, qui ont été une des pierres angulaires au succès de la série, a souvent été élevé - et n'a pas été sans poser problèmes à l'équipe de tournage, comme Rob et le reste de ses collègues pourraient en témoigner. Mais personne, travaillant sur la série ou bien la regardant, ne nierait leur remarquable authenticité ou leur impact visuel.